Encore et encore...

Lorsque l'environnement et la rentabilité vont de pair

"Chez Trioplast à Nyborg, nous avons toujours travaillé pour recycler les déchets de production. Nous avons commencé à remplacer les matières premières par des déchets de production à la fin des années 1960. Et à la fin des années 1970, Trioplast a acquis une usine de production, ce qui lui a permis de retraiter ses propres déchets », explique Søren Pedersen, directeur des opérations. 

« Nous considérons les déchets de production comme une matière première qui doit être utilisée à bon escient pour créer des avantages et des avantages pour l'entreprise, ses clients et l'environnement », explique-t-il. 

Peut être considéré comme une matière première « Les déchets de polyéthylène peuvent, en principe, être considérés comme une matière première aujourd'hui - ils sont achetés de la même manière que les autres matières premières », explique Elisabeth Bjerge Jørgensen, acheteuse pour Trioplast à Nyborg. Un défi pour tous ceux qui s'occupent des déchets de production est que les producteurs sont de mieux en mieux à même de réduire leurs déchets, et les déchets qui sont encore générés sont réutilisés dans l'usine. En raison de ce manque de déchets de fabrication, Trioplast a plutôt utilisé de plus grandes quantités de déchets provenant d'emballages de transport recyclés. « Cette matière première est devenue un élément indispensable de notre production », explique Elisabeth Bjerge Jørgensen.

 

Sur la photo :
Søren Pedersen, Operateur
Elisabeth Bjerre Jørgensen, Acheteuse
Palle Haugaard, Coordinateur