11/02/2019

Les plastiques durables suscitent un grand intérêt

Le développement durable est naturellement présent dans toutes les actions de Trioplast. Nos produits doivent répondre aux strictes exigences du marché tout en présentant l’empreinte écologique la plus réduite possible. Dans le cadre d’un projet récent, quatre étudiantes de l'Institut royal de technologie (KTH) de Stockholm se sont penchées sur les conditionnements durables pour les produits d’hygiène.

« Nous avons beaucoup appris. Nous nous sommes aperçues que l’industrie du plastique était complexe, tout comme le plastique lui-même. Le recyclage du plastique s’avère plus compliqué que nous ne le pensions », expliquent Aina Griksaite, Mikaela Larsell Ayesa, Therese Nylander et Mimmi Isacsson Larsson, étudiantes en ingénierie mécanique au KTH.

Trioplast a collaboré avec les quatre étudiantes du KTH sur un projet associant innovation et développement de produit. L’objectif était de concevoir un conditionnement pour les produits d’hygiène en privilégiant l’aspect écologique et développement durable.

« Il faut tenir compte de nombreuses lois et réglementations, en particulier lorsqu’il s’agit de conditionnements pour des produits d’hygiène. Il est donc plus difficile d’employer des matériaux recyclés », précisent les étudiantes.

Elles sont notamment parvenues à la conclusion qu’un système permettant de fabriquer plus facilement des produits durables à partir de plastique recyclé était nécessaire.

« Les normes et règles actuelles sont complexes. Il est essentiel d’encourager les projets en faveur d’une société plus durable, mais les consommateurs doivent bien entendu pouvoir se fier aux produits », ajoutent les étudiantes.

Pendant leur projet, les étudiantes ont découvert que les plastiques durables suscitaient un grand intérêt et que les utilisateurs finaux y étaient de plus en plus sensibles.

« Il reste beaucoup à faire pour créer une société plus durable. Il faut faciliter à la fois le choix de plastiques durables par les consommateurs – par exemple grâce à des labels écologiques comme Trioloop – et le recyclage des emballages en plastique », affirment les étudiantes.

Le projet a également suscité une intense réflexion autour de la signification du terme même de « développement durable ».

« Ce n’est pas qu’une question de matériau. Il existe de nombreux moyens pour une entreprise d’agir en faveur du développement durable. Elle peut par exemple consommer de l’électricité verte ou des matériaux écologiques, ou encore travailler dans le cadre d’une économie circulaire. Nous sommes devenues beaucoup plus critiques envers les produits présentés comme "durables" », poursuivent les étudiantes.

Comment imaginent-elles l’industrie du plastique à l’avenir ?

« D’ici une dizaine d’années, tous les plastiques seront fabriqués à partir de matières premières renouvelables ou de plastique recyclé. Les systèmes auront été conçus et optimisés pour que les consommateurs puissent recycler facilement, et les fabricants pourront produire des plastiques recyclés d’excellente qualité. »